La vie quotidienne, les sports, du vécu avec un handicap de la vue

Submitted by nacha on Thu, 03/01/2018 - 14:22

Pour être tenu au courant des nouveaux articles, inscrivez-vous à la newsletter dans les paramètres de votre compte .

 

 La vie quotidienne de la personne aveugle ou malvoyante 

 

Natacha de Montmollin, aveugle, avec une cane blanche

Le handicap, ou plutôt la différence, fait souvent peur. Cette peur est compréhensible et normale, c'est la peur de l'inconnu. Les personnes aveugles ou malvoyantes sont d'abord des personnes à part entière, mais avec une différence. Cette différence, il ne faut pas se focaliser dessus, mais il faut en tenir compte.

 

 Les sports pratiqués par les handicapés de la vue 

 

Natacha de Montmollin, aveugle, en ski libre
Les sports : Faire du sport avec un handicapé de la vue que l'on connaît, c'est faire d'un sport individuel un sport d'équipe. C'est un partage : le guide prête ses yeux, la personne aveugle ou malvoyante offre sa confiance.

 

 Vécu, anecdotes d'une maman d'une enfant aveugle de naissance 

 

Natacha de Montmollin, aveugle, 4 mois

 

Marieke, enseignante, maman d'une enfant non-voyante de naissance maintenant adulte, vous fera découvrir son vécu avec sa fille, ses joies, et aussi ses difficultés, les solutions qu'elle a trouvées au quotidien.

Elle a fait partie du comité de l'ARPA (Association Romande de Parents d'enfant Aveugle ou amblyope) durant 15 années. Durant 6 ans, elle a fait partie de la commission de l'enseignement spécialisé, sur demande du Conseil d'Etat.

  L'enfant, ado aveugle ou malvoyant 

 

Natacha de Montmollin, aveugle, 15 mois, à 4 pattes

Un enfant aveugle est en premier lieu un enfant. Un enfant avec ses besoins propres, son développement, ses forces et ses faiblesses. L'enfant aveugle a néanmoins besoin de certaines adaptations, stimulations.

  L'adulte aveugle ou malvoyant 

La personne aveugle de naissance doit, une fois adulte, trouver un travail, s'intégrer dans la société, etc, mais elle a une certaine "habitude" de son handicap. En vivant avec une déficience visuelle, on finit par en faire une façon de vivre, une façon différente de "voir" les choses et le monde.

Les personnes qui ont vécu une partie de leur vie en voyant, et qui ont perdu ce sens, complètement ou partiellement, sont confrontées à un grand travail de deuil, et tout un apprentissage pour apprivoiser un monde qui est avant tout fait pour les bien-voyants.

 

 

  La parentalité avec un handicap de la vue 

Qu’est-ce qu’un parent différent ?

Un parent différent, c’est une famille où l’un, ou les deux parent(s) est touché par un handicap ou tout autre différence.

J’ai parfois entendu des enfants de parent aveugle dire « Mon papa, y voit pas », ou « Ma maman, elle a une canne blanche ».

On peut penser que c’est difficile d’être parent handicapé. J’ai envie de répondre « Oui, comme pour n'importe quel parent. Ce n'est pas facile d'éduquer un enfant, que l'on soit voyant ou pas. Mais sinon, c’est juste un peu différent, mais il est vrai que tout demande plus d'énergie, plus de concentration et plus de temps. Mais c’est tellement précieux de pouvoir vivre pleinement ces instants avec nos petits ».

Très peu de personnes non-voyantes se lancent dans le défi de fonder une famille. Pourquoi ? Je pense que c’est parce que, contrairement aux personnes voyantes, être autonome, ne va pas de soi. Lorsqu’on ne voit pas, il est indispensable de s’accepter et d’être intégré dans la société avant de se lancer dans un tel défi. Trop de personnes handicapées de la vue restent chez leurs parents ou dans un foyer.

Mais l’autonomie, cela se prépare, ça ne vient pas « comme ça ». C'est un long processus qui demande de la part de la personne handicapée de la vue, persévérance et volonté.

  La cécité associée à une autre différence 

La cécité associée à une autre différence.

Une double acceptation, un chemin parfois long et difficile...

 

Informations (NON MEDICALES), soutien à la personne déficiente visuelle enceinte.